THE NEON DEMON: L’esthétique pour l’esthétique

Il y avait dans l’art pour l’art un refus de l’engagement dont la fin ultime serait l’esthétique. Si Nicolas Winding Refn avait voulu faire un film aussi égotiste qu’absurde, il n’aurait sans doute pas mieux fait qu’avec The Neon Demon, éloge contemporain de l’esthétique pour l’esthétique. Reflet perpétuel de l’affection que Refn porte à sa…