Promising Young Woman

Une jeune femme tient toujours ses promesses

Dans une boîte de nuit, on aperçoit des bouts d’hommes danser sur l’entraînant “Boys” de Charlie XCX. On ne les voit que par morceaux, premier indice qu’il ne s’agit pas d’un film comme les autres. Au bar, ils se marrent entre mecs avant d’apercevoir une jeune femme dans un coin, mal en point. Blonde en tailleur gris, le chignon ébouriffé, affalée sur un long canapé rouge carmin, les yeux à moitié fermés et l’air complètement bourrée.

Gentleman, l’un d’entre eux propose de la raccompagner. Une fois dans le taxi, invitation à boire un dernier verre alors qu’elle tient à peine debout. Une fois chez lui, il la déshabille sans lui demander son avis. Elle relève alors la tête, son visage a changé, et lui demande sur un ton désormais très lucide d’une femme tout à fait sobre : “Qu’est-ce que tu fais?” Le regard pétrifié change de camp.

Cassie mène en fait une double vie. De jour, dans un pull rose, les mains vernies de toutes les couleurs, elle sert des cafés dans un endroit de type cupcake et rose bonbon à souhait. De nuit, juchée sur des talons sous-estimés, elle fait semblant d’être saoule pour rendre justice à toutes ces femmes dont le consentement a été bafoué et donner une leçon à ces hommes qui se font passer pour des “nice guys”, des “gars bien”. 

Une jeune femme prometteuse, voilà ce que tout le monde ne cesse de répéter à Cassie (Carey Mulligan) en lui parlant de l’avenir qu’elle aurait pu avoir. Une jeune femme pleine de promesses, c’est le titre du film de la britannique Emerald Fennell mais c’est aussi le poids des injonctions qui pèsent au quotidien sur les femmes. 

Un peu plus tard, ce plan d’anthologie aux allures de réappropriation de l’espace public apparaît à l’écran : Cassie avance d’un pas décidé dans la rue, un éclair au chocolat dans les mains, sifflée par une bande d’hommes qui travaillent sur un chantier. Elle est, comme dans beaucoup de scènes qui suivront, au centre du plan. La jeune femme s’arrête net, leur fait face et mange son éclair, le tout sur le fameux tube “It’s raining men”, observatrice d’un comportement masculin qui change drastiquement devant ses yeux. L’intimidation d’un côté laisse place à la terreur de l’autre. Brillant. 

Chaque musique est savoureuse et pourtant tragique derrière sa couche pop. On divertit pour mieux accepter la violence du monde. On se souviendra longtemps du remix de Toxic de Britney Spears au violon alors qu’elle avance d’un pas décidé dans une tenue d’infirmière, fantasme absolu pour certains, pire cauchemar pour d’autres.

Merie Weismiller Wallace / Focus Features

Le film se détache en chapitres qui représentent chacune des étapes du “plan parfait” de Cassie, dont la liste de noms se rétrécit. C’est féministe, c’est violent, c’est jouissif, c’est brutal, c’est maîtrisé et sublimement incarné par une Carey Mulligan qui crève l’écran, charismatique et méconnaissable. À la lisière du film de genre et d’horreur, jouant avec les structures du sous-genre rape and revenge, Emerald Fennell propose avec Promising Young Woman un female gaze assumé par lequel les codes sont inversés et où les hommes prennent le statut de proie. Comment ne pas penser à la série Killing Eve, série féministe qui casse les codes, propose des personnages féminins dont les apparences sont trompeuses et dont l’une des autrices n’est autre que… Emerald Fennell. 

Mais qu’est-ce qui motive tout ça chez Cassie? Une injustice commise il y a bien longtemps, l’une de celles qu’on ne peut digérer et qui l’amènera à s’attaquer aux masculinités toxiques mais aussi aux institutions qui les protègent. Avocats, universités, entourage, toutes ces parties complices que Cassie se démène à démanteler, une par une. Régler tout ce qui est cassé pour les victimes d’agressions sexuelles et de viol dans un système bien en place. Une démarche qui passe par ne plus rien laisser passer, comme ce plan épaule incroyable qui suit la jeune femme alors qu’elle sort de sa voiture pour bousiller la voiture d’un homme qui l’a insulté au volant. 

Merie Weismiller Wallace / Focus Features

On ne vit pas ici dans un monde de bisounours non plus. La cinéaste Emerald Fennell en est consciente, et Cassie perdra rapidement le contrôle de la situation, femme puissante et de tous les plans comme prédatrice nocturne, subitement amoureuse alors qu’elle ne l’avait pas prévu dans son plan, mais aussi ramenée violemment à la réalité du traitement des femmes en société par, entre autres, la solidarité du fameux boy’s club

De par sa déconstruction des codes et des rapports de genre, de par sa réalisation sublime, son message choc et ses plans maîtrisés, et pour son actrice époustouflante, Promising Young woman est un film à voir absolument, et dont on ne sortira assurément – et heureusement – pas indemne. 

Un film disponible sur demande sur plusieurs plateformes.

2 Comments Add yours

  1. jujume80 says:

    J’ai trop envie de voir ce film, c’était une de mes plus grosses attentes de 2020, et maintenant, une de mes plus attentes de 2021 ! 😉

    1. Ambre Sachet says:

      Merci beaucoup ! Je suis bien contente que l’article vous donne envie de le voir, et effectivement c’est un film à ne pas manquer !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s