Black Boys: Noir et queer, so what?

Ils nous avaient pourtant prévenus, qu’on allait “être là pour vivre une expérience spirituelle”… 

On ressort de Black Boys avec la furieuse sensation d’un feel-good movie amélioré où chaque personnage serait conscient des paradoxes qui l’habitent.

Black Boys n’est pas un film mais bien une pièce de théâtre, même s’il reste impossible de définir ce à quoi on vient d’assister tant les limites de la scène artistique viennent d’être délicieusement repoussées au cours de la dernière heure et demie. Chorégraphies, karaoké, spoken word, poésie et monologues retournent l’estomac avec pour seules armes l’autodérision et l’intersectionnalité.

el17-18_ecran_sans_9
Affiche du spectacle Black Boys – Site web Espace Libre

S’affirmer en tant qu’homme noir queer et se réapproprier une identité où tous ces termes peuvent cohabiter. C’est le point de départ de cette production du Buddies in Bad Times de Toronto, accueillie au théâtre Espace Libre jusqu’au 17 février au grand plaisir des habitués du Mois de l’Histoire des Noirs montréalais. Un spectacle de Saga Collectif qui s’inscrit dans une tournée incluant Vancouver et Calgary, en co-diffusion avec le Black Theatre Workshop de Montréal.

D’acteurs, ils sont personnages. Mais de chaque personnage est extrait le reflet de l’acteur qui lui donne naissance. A mi-chemin, impossible de savoir qui de l’interprète ou du personnage s’exprime. Un trouble de la personnalité envahit la scène et fond sur chaque réflexion lâchée par l’audacieux trio formé de Stephen Jackman-Torkoff, Tawiah Ben M’Carthy et Thomas Olajide.

Ces trois-là se sont si bien trouvés qu’on doute du statu quo de leur état mental après chaque performance. Inspiré des expériences de chacun, le scénario file et de défile, son écriture est fleuve et en constant mouvement, complètement différent aujourd’hui de ce qu’il a pu être lors de la première représentation en 2016.

Au diable la bienséance, les Black Boys ne sont pas là pour vous conforter dans vos idées préconçues. Ici on choque, on déconstruit les tabous, on se met à nu (littéralement), mais rien de cela n’est fait inutilement. L’idée, celle de créer le temps d’une soirée un safe space où toutes les voix auraient leur place sans hiérarchie à l’horizon.

27788289_1606491259440913_3127987010648639119_o
Page Facebook du Black Theatre Workshop – Photo: Jeremy Mimnagh

La portée raciste d’une chanson, on la laisse passer en décidant d’aller de l’avant ou on la pèse comme avec chaque objet culturel non identifié rencontré? Quel est le vrai poids de l’héritage colonial pour les nouvelles générations des communautés noires? Qu’est-ce que c’est être noir au XXIe siècle?

Du colorisme aux différences de réalités entre l’homme métisse et l’homme noir, l’Africain et l’afro-américain, que de questions lâchées comme des bombes et de débats amorcés par le trio aussi bouleversant qu’émotionnellement impliqué dans ce chaos d’idées, toutes plus actuelles les unes que les autres.

L’un après l’autre ou à l’unisson, ils enchaînent les saynètes au cours desquelles ils slaloment entre des murs de tissus munis d’escaliers et faisant office de paravents où chacun se change et reprend son souffle avant de déconstruire de plus belle.

Sur une chorégraphie de Virgilia Griffith et une mise en scène de Jonathan Seinen, les trois interprètes se relaient pour user le corps de l’acteur et en extirper le cri du cœur de l’homme noir, celui qui (re)poserait les bases du mot blackness.

Six représentations à Montréal au total, une dernière ce soir, et pas deux qui se ressembleront. A l’image des numéros que nous propose le trio: chacun y va de sa proposition pour le spectacle, se fait rembarrer, se questionne. Surpris en pleine répétition, définition même de l’art, telle une oeuvre en constante construction. Une perturbation rétinienne jubilatoire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s