Quoi faire au Mois de l’Histoire des Noirs?

Comme chaque année, février marque le retour du Mois de l’Histoire des Noirs. Cette année, ce sont les porte-paroles Karim Ouellet et Myrna Lashley qui porteront fièrement les couleurs de l’événement dont le thème “Notre histoire s’écrit chaque jour” parle de lui-même.

Montréal accueillera plus de 100 activités culturelles et sociales afin de célébrer les accomplissements des communautés noires. Parmi celles-ci, l’incontournable exposition La couleur de la beauté et ses nuances d’acajou, série de portraits d’enfants noirs destinée à encourager la confiance en soi et un regard positif sur son propre corps. Si on parle de corps et de sexualité, impossible donc de ne pas souligner l’hommage au chanteur Prince, qui aura inspiré une affiche pourpre tout en volume et très réussie.

BHM2018-bannerPrince-900x600
@Moisdel’HistoiredesNoirs

Ceux qui ne jurent que par le jazz activiste et qui ont déjà dévoré le documentaire Netflix What happened, Miss Simone? seront ravis d’assister à la reprise de chansons de Nina Simone par la montréalaise d’origine haïtienne Nadia Theobal accompagnée d’un quartette (Misunderstood: A Nina Simone Celebration avec Nadia Theobal).

Le Gala Dynastie profite de ce mois pour revenir avec une 2e édition qui aura lieu demain soir et qui célébrera l’”Excellence Black au Québec”. Animée par le chanteur Gardy Fury, cette deuxième édition apporte une nouveauté, celle d’un tapis qui sera entièrement noir. Non sans faire référence au mouvement #MeToo comme bien d’autres événements avant lui, le Gala Dynastie présentera des performances où les danseurs ne seront composés que de danseuses. Un détail important et porteur de sens comme l’a souligné le metteur en scène Angelo Cadet à la conférence de presse du Mois de l’Histoire des Noirs le 18 janvier dernier.

Après la danse, place à la mode avec la tournée de l’artiste franco-congolaise Nicholle Kobi, aux illustrations aussi colorées et soignées qu’addictives sur Instagram, mettant à l’honneur les femmes noires à travers sa toute dernière collection.

Si le Forum Économique International des Noirs ne vous tente pas, vous pouvez toujours vous rabattre sur la pièce de théâtre Master Harold and the boys pour ce week-end ou jusqu’au 11 février. Censurée en Afrique du Sud au moment de sa sortie avant d’être rapidement encensée à l’international, la pièce appuie sur les inégalités et les relations interraciales à travers un échange entre le jeune Harold et deux hommes noirs qui travaillent pour sa famille à l’époque de l’Apartheid.

DSCF9713

Enfin, comme les réflexions regard de l’actualité demeurent chaque année au coeur du Mois de l’Histoire des Noirs, plusieurs événements se pencheront sur les problématiques qui touchent les communautés noires. Après de multiples recours au blackface et à un petit garçon noir pour porter le tee-shirt H&M “coolest monkey in the jungle” en 2017, jusqu’à l’émergence en France du mouvement 30 nuances de noires contre le colorisme, on peut rapidement comprendre pourquoi la Consultation sur le racisme systémique dans les arts, culture et médias ainsi que le Débat sur l’identité et la racisation sont déjà des must de cette 27e édition.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s