Miner la feuille albinos

C'est à moi que tu rappes ?

Fond sonore à écouter en lisant : https://www.youtube.com/watch?v=XbYHrIBTEaA

J’applaudis le poème, une poésie de laine, celle qui en sait mais celle qui en saigne,
le dé à coudre me tricote des balafres, celles qui enseignent,
telles les cicatrices de mon Grand-père qui bavardent,
les entailles sont des histoires, des empreintes que je mets en scène.

Je regarde le monde en contre-plongée, mon pote black allume un blunt, se consume,
la Playlist « grünt », me calme, me rassure
Il a les poumons Camel, et c’est le blanc qui brûle le premier, il fume et moi je tousse,
le petit blanc, le cendrier, G-Y en gros plan, celle qui enflamme son temps,
notre vie, un vulgaire billet de 5000 francs.

Des crasses dans la cervelle réveillent nos voyelles
On chante avec le choeur, on est gospel
J’ai grandi en Afrique où les gosses pèlent
Ma vie, « Bonjour », « Adieu…

View original post 561 more words


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s