Célébration des femmes noires entrepreneuses au Brunch des Beautés Brunes

20170212_1609431

L’ensemble des panélistes invitées au Brunch des Beautés Brunes, en bas Camille Dundas et à sa gauche Vickie Joseph, en haut Abisara à droite et Aiesha Robinson entourant la présentatrice du panel. Photo: Ambre Sachet

S’il y avait un événement pour lequel il valait la peine de braver la tempête en ce dimanche 12 février, c’est sans nul doute celui organisé par le collectif Four Brown Girls, un mouvement dont l’une des missions est de promouvoir la redéfinition de la femme noire moderne.

L’un des points forts des Four Brown Girls? Assurément son sens du réseautage, dont l’ampleur s’est fait ressentir autour de cet événement avec au menu trois pôles, un brunch, un ensemble de stands dédiés aux entrepreneuses et talents issus de la communauté noire, ainsi qu’une discussion rassemblant quatre panélistes autour des thèmes tels que la culture, l’identité et la carrière d’un point de vue afro-féminin.

Au coeur du panel organisé dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs se sont retrouvées l’humoriste Dorothy Rhau, la présidente du groupe 3737 Vickie Joseph, la mannequin Aiesha Robinson, la fondatrice d’Inhairitance Abisara et Camille Dundas.

Lorsqu’il est question des multiples chapeaux tenus par les panélistes, Camille Dundas n’est pas en reste. Journaliste, productrice TV et fondatrice du site Byblacks.com, Dundas donne une grande importance à l’héritage et à ce qu’on en fait, peu importe la couleur de peau. C’est pourquoi la journaliste prône un seul féminisme en prenant ses distances avec l’appellation black feminism et en affirmant ne pas vouloir gâcher son temps à se battre contre d’autres femmes sur ses différentes définitions.

Avec Byblacks.com et ses expériences professionnelles notamment à CTV, Dundas a fait de son identité une force.

“Mon mari et moi avons créé Byblacks.com car il n’y a que deux manières dont les médias mainstream dépeignent les personnes noires, soit vous êtes un criminel soit vous avez un succès énorme comme Oprah, mais il y a toutes ces personnes entre les deux, des danseurs, comédiens, entrepreneurs qui font des choses incroyables mais dont les histoires n’ont pas été retenues pour être couvertes dans les médias,” explique Dundas.

“Plus on aura des personnes aux histoires inspirantes plus on pourra renforcer la communauté.”

La visibilité est décidément l’un des thèmes phares de cet événement, dont le but est aussi de donner un visage aux entreprises locales issues de la communauté noire et créées par des femmes. En plus d’être l’une des membres des Four Brown Girls, Faël François possède sa propre ligne de vêtements, lancée à Montréal, dont les fonds sont reversés à des organismes de charité en Haïti, dont la jeune fille est originaire. A ses côtés, les créatrices Karlyn Percil-Mercieca, présentant son “agenda du succès”, ainsi que Iris Linares et sa compagnie de jus santé Not Your Exotic.

C’est donc dans la suite logique des choses que l’ensemble des talents exposés a été ponctué par une performance de quatre danseurs sur l’ambitieux “Don’t touch my hair” de Solange…

Retrouvez tous les événements du Mois de l’histoire des Noirs ici !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s