SPEAK UP pour la 12e édition du Festival International du Film Black de Montréal

Une image de Sandro França pour le moins engagée pour un festival artistique qui s’est toujours voulu politique mais dont les affiches précédentes ont toujours miser sur la subtilité de l’engagement et l’omniprésence visuelle de la création.

Sur cette affiche, une croix blanche peinte “qui représente la société voulant faire taire un mouvement qui est basé sur la communication constante”. L’art au service de la lutte sociale, donc, comme il est expliqué sur le site web du festival.

Speak up! Sera justement le thème de cette année. Le ton est d’emblée donné.

Un ton qui reflète notamment les récents événements de Baton Rouge, Falcon Heights et Dallas, marques de 50 ans de tensions raciales aux Etats-Unis. 2016 est aussi l’année des 50 ans du mouvement révolutionnaire afro-américain Black Panthers Party, et de la montée en puissance du mouvement Black Lives Matter au niveau international. Un festival qui tombe donc à pic selon la fondatrice et présidente du festival Fabienne Colas, qui précise qu’“il y a un contexte total qui fait qu’il faut qu’on se tienne debout (…) Il faut lever la voix, il faut parler dans une société qui trop souvent tend à réduire les gens au silence, surtout les minorités.”

eb6c7c01c4e98e1f2578f9959463b973_XL.jpgFabienne Colas, fondatrice et présidente du Festival International du Film Black de Montréal.http://montrealblackfilm.com/fr/la-presidente-fondatrice/

C’est ce jeudi 8 septembre que s’est dévoilée en ligne la programmation de la 12e édition du Festival International du Film Black de Montréal, qui se déroulera du 28 septembre au 2 octobre prochain.

Une sélection de 40 films, 4 continents représentés, 6 événements spéciaux, le tout étalé sur 5 jours de visionnements et d’événements parmi lesquels on comptera 4 lieux de prédilection, le Cinéma Impérial, le Cinéma du Parc, l’ancien Cinéma ONF et le Theatre Hall de l’université Concordia.

Ceux qui attendaient impatiemment l’heure du dévoilement sur la page facebook du festival n’ont pas dû être déçu, car c’est une programmation haute en couleur qu’offre cette année Fabienne Colas, fondatrice et présidente du Festival, et Emile Castonguay, directeur de la programmation. Première surprise de cette année: le retour de Spike Lee, après le passage remarqué du réalisateur au festival en 2014, qui revient avec la présentation en première canadienne de son hommage au roi de la pop, Michael Jackson’s Journey from Motown to off the wall. La projection spéciale sera suivie d’une séance de questions-réponses avec Spike Lee. Une présence qui va de soi si l’on s’attarde sur l’activisme du scénariste et la réputation d’un festival qui n’est plus à faire.

“C’est un honneur pour nous [de recevoir Spike Lee], c’est un endossement exceptionnel, il croit en cette programmation, en ce festival et en nous. C’est une confiance totale et c’est [quelque chose] de rêvé d’avoir Spike Lee, encore plus en première canadienne, c’est “beyond everything!” ”, commente Fabienne Colas.

MJ2.jpgSpike Lee – montrealblackfilm.com

A thème engagé, artistes engagés. Après Spike Lee, c’est un hommage à celle qu’on surnommait Miss Calypso qu’entreprend le festival avec son film d’ouverture Maya Angelou and still I Rise, un documentaire de Bob Hercules et Rita Coburn Whack. Qui de mieux qu’une poétesse, actrice, militante afro-américaine qui affirmait que “chacun d’entre nous étions nés créatifs” pour représenter l’essence artistico-politique du festival?

Maya Angelou, c’est une activiste qui répondait totalement aux valeurs qu’on véhicule, qu’on partage, mais en même temps, ça tombait à pic avec notre thème de cette année (Speak up!),” explique Fabienne Colas.

Dans le terme de lutte sociale, c’est un engagement idéologique qu’on retrouve. Parmi ceux qui prennent également de l’ampleur au 21e siècle, le féminisme. Black Fem’ Art, c’est une occasion de plus pour Fabienne Colas de repositionner la place des femmes au sein du festival. Après l’exposition We have a dream qui présentait l’année dernière l’histoire de 25 femmes noires américaines, c’est au tour de l’espace Mushagalusa de mettre en lumière l’oeuvre de 10 jeunes femmes noires montréalaises pour cette 12e édition.

“Il faut multiplier ces opportunités-là, pour que nos artistes puissent avoir une plateforme pour briller, pour s’exprimer. Et c’est pour ça qu’on dit encore que ce festival a toute sa raison d’être,” précise Fabienne Colas.

  • Maya Angelou and still I rise, Bob Hercules & Rita Coburn Whack, 28 septembre, 19h.
  • Michael Jackson’s Journey from Motown to off the wall, + Q&A avec Spike Lee, 1er octobre, 19h30.
  • Black Fem’ Art, 23 septembre – 1er octobre.
  • Black, Adil El Arbi & Bilall Fallah, film de clôture, 2 octobre, 19h.

Retrouvez tous les détails de la programmation 2016 sur le site du festival: http://montrealblackfilm.com/fr/


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s