Classiques à la bourre: Trainspotting 20 ans après

A l’annonce d’un script final de Trainspotting 2 écrit par John Hodge, qui risque comme toute suite logique du grand écran d’être un échec, il n’est jamais trop tard pour admettre ne jamais avoir vu un classique cinématographique, et j’ose me confesser aujourd’hui. Non, je n’avais jamais vu Trainspotting, et oui, je remercie ce pile ou face d’un vendredi soir d’hiver de m’avoir entraîné dans cette expérience douteuse mais transcendemment jouissive uniquement provoquée par les plus grands noms du Cinéma.

Après dix premières minutes de film révoltantes, je me rends compte que cette orgie viscérale où baignent seringues vides, pupilles dilatées et troupeaux de camés est tout sauf une apologie de mademoiselle héroïne. Un groupe d’amis volontairement frappé d’ostracisme se pique à l’héroïne et trippe au réconfort social par un simple fix injecté dans les veines. Une seule et unique passion réunit Renton, Spud, Sick Boy et Begbie: les jouissances et bas-fonds de la drogue dure. Magistral Ewan McGregor dans la peau de Renton, rôle qui lui vaudra les fondements de sa carrière aussi prolifique que diversifiée.

trainspotting-1996-006-poster-00o-2ea.jpgTrainspotting – affiche

Même si Trainspotting a été réalisé l’année de mes trois ans, je ne peux m’empêcher de regarder ce film comme un ovni cinématographique qui sonnerait malheureusement encore juste pour une génération brillante mais foncièrement paumée.

A quoi reconnaît-on un grand cinéaste si ce n’est à sa capacité à transporter le spectateur vers un monde qui lui est fondamentalement étranger, tel que vécu par cette expérience gargantuesque de l’ostracisme.

Tous tenteront de retrouver Renton pour une histoire de vengeance dans la suite de l’incontournable classique qui s’annonce d’ores et déjà indétrônable. Tourné en dérision et à son avantage par Danny Boyle dans le premier long-métrage adapté du roman de l’écossais Irvin Welsh, le caractère pittoresque de l’œuvre trippante risque bien de se retrouver dans le scénario du deuxième volet, Porno

 


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s