LA FAMILLE BELIER : SUR L’AIR D’UN VENT DE FRAÎCHEUR

©La famille Bélier d'Éric Lartigau (l'express)
©La famille Bélier d’Éric Lartigau (l’express)

Nommé aux Césars et récoltant deux distinctions de l’Académie des Prix Lumières – meilleure actrice pour Karine Viard et révélation féminine pour Louane Emera – La famille Bélier met la barre haute pour ce début d’année 2015. Et non sans raison. Les impressions à la sortie de la salle égalent les attentes : on en sort ému par cette famille baignée d’authenticité face aux épreuves de la vie.

Le pitch reste classique : Paula, l’aîné d’une famille d’agriculteurs, aide au quotidien ses parents et son frère, tous les trois sourds et muets. Rappelons que Karine Viard et François Damien, tous les deux entendants, effectuent un jeu d’acteur remarquable. S’inscrivant à la chorale du lycée par béguin pour le nouveau plus que par envie, la jeune fille se découvre un talent inné. Une opportunité s’offre alors à Paris dans une école de chant. Poussée par son professeur interprété par le cinglant Eric Elmosnino, Paula se retrouve confrontée au choix fatidique de tout Erasmus : vivre son rêve ou rester auprès des siens. Parsemée du répertoire de Michel Sardou, l’histoire défile et le charme opère.

C’est une comédie pas si légère que ça que nous livre ici Eric Lartigau et Louane Emera, talent en herbe et prometteur issu de l’édition 2013 de The Voice. Propulsée derrière la caméra, la jeune Louane se révèle être aussi à l’aise à l’écran que sur scène. Un jeu simple pour un film qui se veut dénué de tout discours moralisateur. Dans l’une des dernières scènes, Paula chante et retranscrit ses paroles en langage des signes pour sa famille. Le test ultime signe l’un des passages les plus forts du film sur l’air de la célèbre chanson « Je vole ». Un sentiment paradoxal d’épanouissement et de déchirement qui sonne juste quand le thème du départ est si familier. Un long-métrage sur une valeur qui paraît bateau mais pour laquelle il est bon de se battre: celle de l’amour filial.

François Damien aurait lui aussi mérité un prix pour sa prestation splendide de père dévoué et candidat burlesque aux élections municipales. Comme quoi le talent cinématographique ne se résume pas à de longues palabres. Les comédiens français dont la formation initiale est théâtrale seront d’accord pour dire que le silence et l’appropriation de l’espace font partie intégrante de la transmission d’émotion. Partagés entre le confort d’être assistés par leur fille et l’envie de la voir voler de ses propres ailes, M. et Mme Bélier établissent une belle définition du mot « parent ». Quant à l’approche du handicap à l’écran, il est candide et sans fioritures : une véritable bouffée d’air frais.

La famille Bélier, d’Eric Lartigau (17 Décembre 2014).


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s