LA PALETTE ARTISTIQUE : EXUTOIRE-DEPOTOIR

© Laval ma ville
© Laval ma ville

La surface et ses dehors : non il ne s’agit pas d’un bouquin pompeux sur la théorie des mathématiques, mais bien d’un vernissage. Présentée du 15 janvier au 8 mars au centre culturel de Sablé-sur-Sarthe, l’exposition d’Isabelle Lévénez fait référence au travail qu’établit Descartes sur l’espace. A croire que l’enseignante à l’école des beaux-arts d’Angers n’ait voulu garder que l’aspect soporifique de la philosophie.

Un siège d’arbitre blanc-hôpital planté sur un lit de confettis herbivores surplombe la première salle d’exposition. Une série de gestes sur un terrain se répète dans une vidéo de l’autre côté de la pièce. L’espace à travers le mouvement sportif et corporel se retrouve au centre de la thématique. La créativité étant l’une des notions englobant la définition de l’art, il paraît imprudent de nommer précipitamment cet ovni votant pour la réhabilitation environnementale. L’angoisse cruelle du vide artistique que veut dissimuler un air de jeu vidéo est saisissante. Le mot d’ordre : sobriété. Et pourtant le style écolo-épuré de cet espace indispose plus qu’il n’émeut.

La deuxième salle révèle une approche de l’intermédialité intéressante. Isabelle Lévénez joue à la marelle sur un ensemble diversifié de supports médiatiques tels que l’écran de cinéma, l’esquisse d’une toile ou encore le cadrage photographique. On retrouve ce tas de confettis, noir cette fois-ci, sur une table de travail. « IL » s’inscrit sur un écran noir et avant chaque citation retrouvée sur une accumulation de photos sombres. La texture du sable se redécouvre à travers des images satellites au caractère universel. S’établit alors un jeu d’absorption de matières et de couleurs. Des néons blancs suspendus au hasard renvoient l’image d’un emprisonnement des pigments tout en murmurant celle d’une absence criante d’émotions. Le déclencheur de sensations fortes voire synesthésiques reste de marbre.

Pourquoi l’art moderne ressentirait-il ce besoin intime de se muer en une catharsis impitoyable du néant imaginaire homosapiens ? Les idées sont là, il en va autrement pour la représentation de ces dernières. A la question de l’épreuve de philosophie coefficient 7 « toute entreprise personnelle est-elle une œuvre artistique ? »: la réponse est non. Le nihilisme sensitif est palpable : l’aboutissement du projet sur le théorème du corps avorte.

          La Surface et ses dehors – L’Entracte, 16 rue Saint-Denis, Sablé-sur-Sarthe.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s